Nous avions parlé de la nécessité du nettoyage du côlon lors d’une cure Moritz (voir article ici). Cela permet alors l’évacuation des calculs biliaires hors du corps, par les selles.

Mais le nettoyage du côlon peut être utilisé à bien d’autres occasions. Il s’agit d’une technique de soutien des émonctoires, c’est-à-dire des organes chargés de l’expulsion des déchets hors du corps. En effet, le côlon, aussi appelé gros intestin, est l’un des émonctoires les plus importants. Son nettoyage favorise donc l’élimination des déchets, qui est l’un des piliers de la santé naturelle.

Soutenir les émonctoires

Les déchets du corps

Le corps, par son activité quotidienne, ou métabolisme, produit de nombreux déchets. Nos cellules produisent en effet de l’énergie et des substances utiles pour le corps, à partir des nutriments issus de l’alimentation ou des nombreux stocks du corps. La transformation de ces nutriments produit également des déchets, que le corps doit rapidement éliminer. On parle dans ce cas de déchets endogènes, c’est-à-dire produits à l’intérieur du corps. Il s’agit du dioxyde de carbone (ou gaz carbonique) issu de la respiration cellulaire, des déchets azotés (urée, acide urique, ammoniac) issus de la transformation des protéines, etc. Mais le corps doit également se débarrasser des déchets dits exogènes, c’est-à-dire issus de l’extérieur du corps, donc de l’environnement, qui peuvent être malencontreusement absorbés par le corps : polluants, substances indigestes, etc.

Les émonctoires

Le corps possède de nombreux organes qui sont à l’interface avec l’extérieur. Ces organes assurent les échanges entre le milieu intérieur et l’extérieur du corps, dans les deux sens : ils peuvent absorber des substances issues de l’extérieur, et/ou éliminer des substances vers l’extérieur du corps. Lorsqu’ils servent à éliminer des substances vers l’extérieur, on parle d’émonctoires.

Ces émonctoires sont nombreux :

  • la bouche avec la salive,
  • les yeux avec les larmes et la chassie (de son petit nom, les crottes d’yeux),
  • les oreilles avec le cérumen (ou cire), la peau avec la sueur et les peaux mortes,
  • les poumons avec le gaz carbonique expiré ainsi que le mucus parfois expectoré ou avalé,
  • les reins avec l’urine,
  • le vagin avec les sécrétions vaginales et les règles,
  • le côlon avec les selles,
  • et les autres parties du tube digestif produisant des sucs digestifs (estomac, paroi intestinale, foie, pancréas) qui seront évacués avec les selles.

Pensez à toutes les substances gracieuses et délicates qu’émet votre corps vers l’extérieur, et vous aurez la liste de toutes les voies possibles d’élimination des déchets hors du corps.

Certains émonctoires sont cependant plus actifs que d’autres dans l’élimination des déchets du corps. On évoque souvent les reins, la peau, les poumons, le foie et le côlon comme émonctoires principaux, sachant que la bile produite par le foie sera évacuée hors du tube digestif par le côlon.

Pourquoi soutenir les émonctoires ?

Ces organes fonctionnent à temps plein et souvent de manière discrète. Toutefois, lorsque notre corps est submergé par les déchets, ces émonctoires peuvent devenir moins discrets, voir douloureux. On parle de crise d’élimination. Toux, cystites, constipation, diarrhée, éruptions cutanées, sont autant de symptômes désagréables montrant un engorgement des voies d’élimination du corps.

Face à ces crises d’élimination, nous pouvons mettre en œuvre plusieurs solutions complémentaires. La première est de réduire les déchets à la source : privilégier une alimentation plus saine et légère, moins transformée, réduire les produits cosmétiques, réduire l’exposition aux polluants atmosphériques, etc.

La seconde est de soutenir le travail des émonctoires : par le repos, essentiellement, qui permet de préserver l’énergie nécessaire pour leur fonctionnement ; mais également par des techniques stimulant l’élimination : faire une activité cardio pour faire travailler les poumons, boire des tisanes diurétiques et dépuratives, pratiquer des gommages pour faciliter l’élimination des peaux mortes, aller au hammam pour accélérer la sudation, et, last but not least, pratiquer le lavage du côlon.

Le rôle du côlon

Le côlon est un émonctoire souvent malmené par notre mode de vie actuel :

  • L’ingestion d’aliments hautement transformés non digestes peut venir encombrer le gros intestin. Ils ont tendance à produire des selles sèches, dures ou collantes qui passent difficilement le tractus intestinal. Cela peut entraîner une putréfaction et la production de toxines qui viennent intoxiquer le corps, empêcher l’absorption d’eau et de nutriments par la paroi du côlon, et limiter le mouvement péristaltique des parois du côlon qui permet de faire avancer les excréments.
  • Le manque de repos (sommeil, détente, repos digestif suffisamment long entre deux repas) réduit l’activité du système digestif et notamment l’élimination des selles.

La constipation, c’est-à-dire le fait de ne pas aller à la selle après chaque repas, est l’engorgement le plus radical du côlon. Toutefois, même sans constipation, le côlon peut s’encrasser progressivement. Imaginez la paroi de votre côlon recouverte d’une boue épaisse et malodorante. Un peu comme les conduits de l’évier de la cuisine, lorsqu’on les laisse s’encrasser…

Un gros intestin faible, irrité ou congestionné peut causer des difficultés de digestion, une production de toxines qui peuvent passer dans le sang, des troubles de l’humeur, etc. Les symptômes causés par cet encrassement sont nombreux : douleurs, problèmes de peau, difficultés à se concentrer, fatigue, risque accru de rhume ou de grippe, ballonnements, maladie de Crohn, colite, etc.

Intérêt du nettoyage du côlon

Le lavement du côlon permet de le débarrasser des selles et des gaz résiduels, et de détacher les déchets accumulés le long de la paroi intestinale. Il améliore ainsi le péristaltisme intestinal et l’élimination des déchets issus du tube digestif et du milieu intérieur. Au-delà de ces conséquences physiologiques, il a des effets psychiques tout à fait impressionnants : après un lavage du côlon, vous ressentirez une sensation inhabituelle de calme et de sérénité. A croire que les déchets que nous retenons involontairement contiennent également nos colères, nos ressentiments, nos frustrations non exprimées.

côlon rectum
Le côlon ou gros intestin. Source : vidal.fr

Nettoyage du côlon – mode d’emploi

Le lavement du côlon consiste à remplir le côlon d’eau, puis à le vider en allant à la selle. Il existe plusieurs options permettant un lavage plus ou moins complet.

L’hydrothérapie du côlon, un lavement complet réalisé en institut ou avec la planche Colon-net

Ce lavement nécessite un matériel particulier qui permet d’effectuer plusieurs cycles de remplissage – vidange du côlon sans que vous n’ayez besoin de vous lever, en utilisant à chaque remplissage une grande quantité d’eau.

C’est le lavage le plus efficace qui soit, d’autant plus s’il est pratiqué en institut. Laisser une personne réaliser cette opération pour nous peut être intimidant, voire embarrassant. Toutefois, il s’agit souvent d’anciennes infirmières étant très habituées à ce geste, et le pratiquant avec beaucoup de pudeur et de délicatesse. Le matériel utilisé vous place dans une position idéale pour vous relaxer, vous bénéficiez de massages efficaces et n’avez à vous préoccupez de rien. Seul inconvénient, le coût, qui est assez élevé. Comptez entre 90 et 120 euros pour une séance, environ.

Déroulement d’une séance en institut

Installation

Très concrètement, la séance se déroule de la façon suivante. Vous déshabillez entièrement la partie inférieure du corps, et la couvrez d’une serviette. Vous vous installez sur un lit, allongé sur le flanc. La praticienne prépare alors une canule, qui sera lubrifiée et insérée dans votre anus. Certaines personnes vous laisseront l’insérer vous-même. Dans tous les cas, cette opération, grâce au lubrifiant, est totalement indolore et presque insensible. Puis, la canule est maintenue grâce à un ruban adhésif. La canule est reliée à un tuyau, lui-même relié à une machine. C’est par ce tuyau que passe l’eau qui viendra remplir le côlon, et dans l’autre sens, l’eau que vous expulserez hors du côlon.

Cycle de remplissage-expulsion

Vous vous installez alors sur le dos, les jambes repliées reposant sur des coussins adaptés, vous permettant de totalement vous détendre. La serviette couvre toujours votre entrejambe, votre ventre est mis à nu et enduit d’huile de massage. Commence alors le remplissage du côlon : l’eau arrive par la canule et fait son chemin progressivement dans le colon (voir figure 1). La personne aide l’eau à circuler en tapotant et en massant délicatement votre ventre. Le remplissage du côlon est suivi grâce à un tableau de bord qui mesure la pression dans votre côlon. Lorsque l’eau rencontre une selle ou une bulle d’air, la pression peut monter temporairement, vous donnant l’envie d’expulser. Généralement, le massage et une bonne respiration permet de faire passer l’eau, ce qui réduit immédiatement la pression.

Le remplissage continue donc jusqu’à ce que la pression atteigne de manière stable un certain seuil. Alors, l’arrivée d’eau est coupée, et l’expulsion peut commencer. Celle-ci peut être facilitée par un massage, ou parfois par l’utilisation d’un bol tibétain, dont les vibrations permettent de stimuler le côlon. L’expulsion se réalise dans la même position : l’eau, accompagnée des gaz et selles éventuels, sort par le tuyau dédié. Pas d’inquiétude, la canule permet une élimination tout à fait propre. Une fenêtre prévue dans la machine vous permet, si vous le souhaitez, de voir ce qui sort du tuyau, c’est-à-dire ce que vous avez réussi à expulser de votre côlon. Dites-vous bien : mieux vaut dehors que dedans ! Une fois que l’expulsion est terminée, on reprend un nouveau cycle de remplissage et d’expulsion.

Fin

Généralement, la séance est de durée limitée, environ une heure, et permet deux ou trois cycles de remplissage et d’expulsion. A la fin de la séance, et de la dernière expulsion, la canule est enlevée, et vous pouvez allez terminer, si besoin, d’éliminer aux toilettes.

Selon les instituts, on vous demandera d’adopter un régime particulier quelques jours avant le lavement, afin de faciliter l’expulsion des selles.

La planche Colon-Net

La planche Colon-Net développée par Bernard Clavière permet de se rapprocher de ces conditions chez soi. Elle permet de rester connecté aux toilettes tout le long, ce qui permet d’évacuer facilement quand on le veut, et de se permettre ainsi de maintenir l’eau plus longtemps dans le côlon. Je n’en ai personnellement pas encore fait l’acquisition, car elle est assez onéreuse, mais cela semble faciliter l’exercice à la maison. Vous pouvez l’acheter en ligne sur ce lien.

Planche Colon-Net développée par Bernard Clavière

Le nettoyage du côlon à la maison

La deuxième option est de faire l’opération tout seul, chez soi, avec un bock à lavement. L’avantage est le coût moindre, puisque le matériel est très bon marché, et peut être réutilisé aussi souvent que vous le voulez. L’inconvénient est que vous pouvez difficilement utiliser autant d’eau qu’en institut, à moins de répéter l’opération plusieurs fois successivement en allant à chaque fois remplir votre poche, et que vous ne bénéficiez pas des massages facilitateurs et reposants. Le lavement est donc moins complet, mais vous pouvez le répéter aussi souvent que vous le souhaitez.

Matériel

Vous aurez besoin, pour réaliser votre lavement à la maison :

  • d’un bock à lavement contenant un tuyau et une canule dédiée. Vous pouvez en acheter un en ligne sur ce lien.
  • d’un tapis de gym ou de yoga pour vous allonger confortablement
  • d’un petit coussin pour reposer votre tête
  • d’une serviette pour recouvrir le tapis de gym, afin d’absorber les éventuelles fuites d’eau
  • si besoin, d’un petit chauffage d’appoint pour être bien au chaud pendant l’opération, voire d’une musique pour vous détendre
  • d’un peu d’huile de coco pour lubrifier la canule et éventuellement vous masser le ventre
Bock pour lavement du côlon
Bock à lavement avec sa poche, son tuyau, le crochet pour le fixer en hauteur, et sa canule

Mode opératoire

Le lavement suit les étapes suivantes :

  • Remplir la poche d’eau avec de l’eau tiède (37°C environ), si possible purifiée, selon la quantité d’eau souhaitée (2L environ).
  • Fixer le tuyau, en position fermée, à la poche, et fixer la canule au bout du tuyau
  • Accrocher la poche à un crochet en haut d’une porte par exemple
  • Vider un peu d’eau du tuyau dans le lavabo, de manière à expulser les bulles d’air du tuyau
  • Lubrifier la canule avec de l’huile de coco
  • S’installer sur le tapis de gym recouvert d’une serviette, près des toilettes, allongé sur le dos, les genoux pliés, pieds au sol, fesses légèrement surélevées
  • Installer la canule lubrifiée dans l’anus
  • Mettre le tuyau en position ouverte, accompagner le mouvement de l’eau en massant doucement le ventre dans le sens indiqué figure 1.
  • Lorsque la poche est vide, fermer le tuyau, retirer la canule, et s’allonger sur le flanc droit afin de faciliter la circulation de l’eau dans le côlon transverse et ascendant
  • En cas d’envie pressante, arrêter l’eau et le massage, respirer calmement. Si ça ne passe pas, aller aux toilettes
  • Patienter 15 à 30 minutes, en se relaxant. Vous pouvez continuer le massage du ventre afin de faciliter le décollement des déchets de la paroi intestinale
  • Masser le ventre dans le sens indiqué figure 2 pour faciliter l’expulsion de l’eau, et dirigez-vous vers les toilettes dès que l’envie vient (d’où l’intérêt de s’installer proche des toilettes !).
  • Vider la poche et le tuyau de l’eau restante, bien nettoyer la canule avec de l’eau tiède et du savon.
Installation lavement du côlon
Exemple d’installation pour le lavement du côlon
Massages nettoyage côlon
Sens des massages pendant le lavement du côlon

La douche rectale

La troisième option n’est pas vraiment un lavement à proprement parler, mais une technique similaire très efficace contre la constipation.

Alors que le lavement du côlon permet de vider et de nettoyer une grande partie du côlon, la douche rectale permet de vider uniquement l’ampoule rectale, c’est-à-dire son extrémité.

La procédure est la même que pour le lavement, à l’exception des éléments suivants :

  • Remplir la poche d’eau uniquement avec 300 à 500 mL d’eau.
  • S’installer en quadrupédie (à quatre pattes), plutôt qu’allongé, avant d’installer la canule dans l’anus
  • Une fois que la poche d’eau est vide, rester en quadrupédie. Faire 10 respirations abdominales profondes (en serrant bien le ventre à chaque expiration)
  • Aller sur les toilettes et relâcher l’eau

La douche rectale a pour immense avantage de prendre très peu de temps. Vous pouvez réaliser l’ensemble de l’opération en dix à quinze minutes, ce qui en fait une pratique réalisable quotidiennement, voire deux fois par jour. Elle ne permet pas de nettoyer le côlon, mais permet de faciliter l’expulsion des selles en les humidifiant. Elle permet également de rééduquer le sphincter anal, qui est le muscle qui ferme (en se contractant) et ouvre (en se relâchant) l’ampoule rectale afin d’expulser les selles, et que les personnes constipées ont du mal à détendre.

Indications du nettoyage du côlon

Il n’existe aucune contre-indication au lavement ni à la douche rectale, ni aucune fréquence maximale. Tant que cette pratique est réalisée avec de l’eau tiède et pure, et une canule lubrifiée et installée avec douceur, elle n’a aucune conséquence négative sur le corps.

Cette pratique est tout à fait recommandée en cas de nettoyage du foie (voir l’article sur la cure Moritz). Elle est également tout à fait bénéfique, bien que non indispensable, au cours d’un jeûne (voir articles dédiés ici, ici et). Elle permet en effet d’éviter la stagnation des selles pendant la durée du jeûne, et la réabsorption des toxines contenues dans ces selles.

Le lavement peut permettre de réduire certains symptômes diffus des crises d’élimination, comme les migraines. Il permet également de relâcher certaines tensions et certaines émotions contenues. Il permet également de se réconcilier avec le contenu de ses intestins, cette part d’ombre que nous préférions parfois ne pas voir, quitte à la retenir en nous. Et pourtant, elle est bien mieux à l’extérieur qu’à l’intérieur !

Certaines personnes sont toutefois réticentes à se lancer dans une telle aventure. L’insertion d’une canule dans l’anus peut être pressentie comme une pratique violente, ou déshonorante. Il est sûr que cette pratique touche à l’intime, et qu’il est important d’être prêt à l’accueillir. Les arguments rationnels, comme la taille très réduite de la canule et sa forme physiologique, n’ont pas vraiment de poids contre ces réticences. Je ne peux que recommander de tester dans un premier temps cette pratique à la maison, tranquillement, pour se réapproprier son corps dans toute son intimité, progressivement et avec bienveillance. On peut aussi garder à l’esprit que cette pratique peut prévenir des dysfonctionnements graves nécessitant des opérations bien plus invasives.

Alternative : le lavement chimique par voie orale avec le sel d’Epsom

Le sulfate de magnésium, ou sel d’Epsom, permet, à très faible coût, de laver l’intestin (côlon et intestin grêle). Néanmoins, il est moins efficace que les deux précédentes techniques pour un nettoyage en profondeur.

Vous pouvez faire une cure sur trois semaines, à raison d’une cuillère à café de sulfate de magnésium dans un verre d’eau tiède à boire chaque matin au réveil. Je vous conseille d’ajouter quelques gouttes de jus de citron, qui a un effet purifiant en lui-même mais qui, surtout, permettra d’atténuer le goût, il faut le dire assez infâme, du sulfate de magnésium.

Surtout les premiers jours, ce breuvage vous conduira aux toilettes assez rapidement (après 1 à 2 heures), et pourra produire des selles très liquides. Les selles retrouveront une forme plus normale lorsque le tractus intestinal sera propre.

Il est possible également de faire un lavement ponctuel en prenant une cuillère à soupe de sulfate de magnésium dans un grand verre d’eau.

Vous pouvez acheter du sulfate de magnésium sur le lien suivant.

Comme le sulfate de magnésium est un laxatif, il ne faut pas l’utiliser trop souvent, au risque de rendre vos intestins fainéants… ce n’est pas le but ! Le nettoyage à l’eau permet, au contraire, de favoriser le péristaltisme intestinal (mouvements des muscles de la paroi intestinale) à moyen terme, et donc de lutter contre la constipation.

Je vous souhaite un bon nettoyage 🙂